• Chaque classe a la possibilité d'organiser des conseils de coopérative de classe : c'est ce qu'on appelle une classe coopérative. Une "boîte à idées" est disponible dans la classe, les enfants peuvent y poster leurs suggestions ou difficultés rencontrées au sein de la classe ou de l'école. Un budget est accordé à chaque classe par la coopérative de l'école, budget géré en partenariat avec les enfants.

    Des élections sont organisées au sein de la classe au début de l'année scolaire. On y élit un bureau de coopérative constitué d'un(e) président(e) qui anime les conseils, d'un(e) secrétaire, qui prend des notes en vue de rédiger un compte-rendu de séance qui sera consigné dans un classeur ou cahier mis à disposition dans la classe, d'un(e) gardien(ne) du temps qui veille lors des conseils que la parole soit donnée équitablement à chacun et que le temps imparti à chaque rubrique soit respecté, d'un(e) donneur(se) de parole qui attribue la parole à ceux qui souhaitent s'exprimer durant le conseil et d'un(e) trésorier(ère) qui gère à l'aide du maître ou de la maîtresse le budget de la coopérative de classe et note les recettes et dépenses dans le cahier de comptabilité de la coopérative de classe.

    Ces différentes fonctions sont appelées les métiers.

    Les élections se font après constitution de listes, par vote à bulletin secret. Le dépouillement se fait en classe, suivi de la publication des résultats.

    Le conseil de coopérative se déroule périodiquement (une fois par semaine, une fois tous les 15 jours, ou une fois par mois, à définir selon les besoins, des conseils extraordinaires peuvent aussi être organisés). L'ordre du jour est établi par le président, en liaison avec le maître (ou la maîtresse) à partir des propositions de tous les élèves de la classe. Il est affiché en classe avant le conseil, de manière à ce que chacun puisse préparer son intervention. Lors de la préparation du conseil, on ouvre la boîte à idées pour trier les questions et suggestions, et les classer.

    Le jour du conseil de coopérative, le (la) secrétaire lit l'ordre du jour. Le (la) président(e) ouvre la séance et rappelle les conclusions du conseil précédent, puis anime la séance. Le déroulement du conseil se fait sous forme de rubriques, qui peuvent être :

    • Félicitations (remercier, féliciter, encourager les autres).
    • Critiques (veiller à ce qu'il ne s'agisse pas de "règlements de comptes").
    • Comment va la classe ? (établissement des règles de vie de la classe, gestion de conflits, problèmes relationnels, organisation du travail...).
    • Comment va l'école ? (problèmes dans la cour de récréation, problèmes de cantine...).
    • Études de projets de classe (budget d'une classe de découverte, sorties...).
    • Traitement des questions et suggestions de la "boîte à idées".
    • Clôture de séance par le (la) président(e).

    D'autres rubriques peuvent bien entendu être ajoutées, mais la durée souhaitable de chaque conseil est d'environ trois quarts d'heures au cycle 3.

    Ce mode de fonctionnement est une initiation à la vie de citoyen, à la démocratie participative, et conduit les enfants à une prise de responsabilités progressive. Ils peuvent ainsi devenir "acteurs" de leur scolarité, et non "spectateurs". Ils s'investissent dans la vie de la classe et de l'école, et leur avis peut être pris en compte.

    L'enseignant(e) seconde au début les enfants lors des conseils et leur attribue petit à petit plus d'autonomie, pour ne devenir qu'un(e) simple participant(e), tout en gardant un rôle de régulateur.

    Les élections peuvent être renouvelées en cours d'année, pour permettre à tous les élèves d'assumer une fonction au sein du bureau au cours de l'année scolaire.

    Un représentant (délégué) peut être choisi au sein de chaque classe coopérative pour participer aux conseils de coopérative d'école, et être associé aux délibérations et prises de décisions.

     


    votre commentaire
  • Le bureau de la coopérative scolaire, est composé d'un(e) président(e), d'un(e) trésorier(ère)-mandataire et d'un(e) secrétaire général(e).

    Le(la) président(e) est l'autorité morale, garant(e) d'une démarche coopérative conforme aux statuts de l'association dans l'école. Il (elle) organise et anime les conseils de coopérative et peut être le(la) deuxième signataire du compte bancaire.

    Le(la) trésorier(ère)-mandataire est le(la) signataire principal(e) du compte bancaire de la coopérative scolaire. Il(elle) est le (la) représentant(e) local(e) de l'association départementale, tient la comptabilité et le registre d'inventaire de la coopérative et transmet le compte-rendu d'activité et financier au trésorier départemental.

    Le(la) secrétaire général(e) tient le registre des délibérations et décisions des conseils de coopérative. Il(elle) peut être le (la) deuxième signataire du compte bancaire.

    Le bureau est composé cette année comme suit :

    Présidente : Mme Frédérique Adjevi

    Trésorière-mandataire : Mme Catherine Cauchon

    Secrétaire générale : Mme Karine Cassini.

     

    A noter que des enfants représentant les différentes classes de l'école (délégués) et élus par leurs camarades peuvent être associés aux conseils de coopérative et participer aux décisions.

     

     


    votre commentaire
  • Nous avons créé dans notre école une coopérative scolaire affiliée à l'OCCE.

    Au début de chaque année scolaire, une cotisation, constituée de l'affiliation et de la participation familiale, est demandée aux familles (10 € à ce jour). Elle permet d'obtenir la couverture juridique nécessaire au fonctionnement de la coopérative qui est gérée (financièrement) par un(e) enseignant(e) volontaire (mandataire), et la réalisation de projets.

    Pour la plupart des enfants, la participation à cette coopérative scolaire est le premier engagement associatif dans une structure démocratique dont le but est l'éducation à la coopération, à la citoyenneté, et à la compréhension des valeurs républicaines. Elle exerce aux responsabilités individuelles et collectives.

    La coopérative peut s'engager sur de nombreux projets : journal scolaire, correspondance scolaire, voyages de rencontre avec des correspondants, classes de découverte, enquêtes, visites d'ouverture sur le monde artistique, culturel et sportif...

    Pour mener à bien ses projets, elle a souvent besoin de ressources. Elle se tourne donc vers les parents. Mais la participation des parents reste libre et volontaire. Elle peut être financière, mais aussi en nature (aide à l'organisation de fêtes, dons...).

    L'argent n'est qu'un moyen, en aucun cas un but. L'OCCE est très attachée à la gratuité de l'École Publique, et les fonds versés, ou les dons en nature, ne sauraient être confondus avec les obligations financières des communes.

    La coopérative scolaire peut également recevoir des subventions de différents organismes publics, tels le Conseil Général, le Conseil Régional, la Caisse des Écoles, le Parc National..., servant à aider au financement de certains projets.

    La coopérative scolaire est gérée par un bureau de coopérative scolaire, qui tient des conseils de coopérative.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique